Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Un réseau social c’est quoi?

Un réseau social c’est quoi? Un lieu dans lequel on met une partie de soit. Un profil, des articles, des trucs qu’on aime, bref on se partage. Et puis c’est un lieu dans lequel on noue des liens avec des gens qui partagent ce qu’on aime ou qu’on met à disposition. De fait et bien entendu, c’est aussi un lieu qui permet qu’on garde un contact avec les gens qu’on connait dans la vie de tous les jours. Ca devient avec le temps aussi un lieu de retrouvaille qui permet qu’on renoue peut être avec des gens qu’on a connu dans le passé.

Les réseaux sociaux ça permet plein de chose, c’est amusant, c’est distrayant, c’est aussi une sorte de pot pourri de la vie. On y a des amis, des gens qu’on aime moins, on vient parfois lire ce que les autres disent, on peut réagir, ou pas, on peut faire un peu ce qu’on veut.

Dans un réseau social on partage des choses. Ou pas. C’est au choix de chacun, dernièrement facebook s’est fait un peu épinglé à ce sujet sur le fait que les paramètres par défaut des profils étaient un peu trop permissifs. On va voir ses amis, ou les amis de ses amis, on fait parfois des découvertes ou des redécouvertes.

lire la suite

Utiliser les mots à bon escient

J’ai appris récemment que j’étais surement un peu un chieur, bon ok non je le savais déjà. Mais disons que j’en ai eu la confirmation par mon père qui a reconnu être atteint du même mal c’est plutôt bon signe.
Enfin remarquez que nous partageons aussi le goût des jeux de mots douteux et que je ne sais pas si c’est quelque chose dont on peut finalement être fier…
Chieur mais pour la bonne cause je dirais, je crois qu’il est terrible dans notre société de se méprendre sur le sens d’un mot ou de faire un contresens simplement parce qu’on utilise un mot sans en avoir une parfaite maitrise. Je ne préconise pas de revenir aux grognements et autres raclements de gorge pour exprimer les plus primaires instincts de l’espèce bien entendu, mais revenons sur le corps du délit.

D’abord il y a prescription, le type qui a écrit ça a surement depuis écrit bien pire. Mais surtout et vive les réseaux sociaux, son intervention est désormais dans le ventre béant mais gargantuesque du réseau des réseaux donc il ne sait pas que je vais parler de lui et ne se reconnaitra pas. Ca lui évitera l’anathème et la honte sur plusieurs générations pour être finalement juste un type qui a voulu se la jouer et faire le malin et qui s’est pris les pieds dans le tapis ce qui a fait tomber les chandeliers allumés qui ont mis le feu aux rideaux qui ont finalement finis par totalement réduire en centre le palais royal. Au moins! Peut être même que son chien s’est pendu, que son frigo se coupe toute les nuits l’obligeant à manger des produits impropres à la consommation, que ses enfants lui jettent des pierres (oui remarquez ils devraient ça serait une bonne leçon) mais je digresse….

lire la suite

Vagues

Les vagues comme des montagnes, tourmente dans le vent
Je regarde en pleurant les monts de l’océan
Mon marin est parti voilà longtemps déjà
Et je sais bien que jamais plus ne reviendra

Les montagnes dressées, ces pics inaccessibles
La colère de l’eau sa violence terrible
Et alors que le froid des embruns me transperce
Le soleil par sa force les nuages enfin perce

Aucune embarcation ne peut tenir ici
Les vagues sont trop fortes et que dire de la pluie
Les larmes qui descendent tout le long de mes joues
Sont un signe d’adieux pour mon si tendre époux

Qu’aperçois-je là bas sur le haut d’une crête
Mais oui on dirait bien sa belle goélette
Peut être finalement la mer dans sa fureur
Ne veut pas qu’une femme aujourd’hui de ses pleurs

Ne vienne saler cet océan si colérique
Ne vienne en rajouter dans le côté tragique
Alors qu’il se rapproche je reconnais enfin
Le bateau délivrance dont le trajet s’en vient

Une brusque rafale me pousse vers le bord
Mon ultime pensée ne sera pour la mort
Je suis reconnaissante à l’océan d’avoir
Epargné mon amour, et qu’il ne puisse voir

lire la suite

Truc de fou

Dans le feu de l’action il arrive qu’on s’emballe en lisant un truc, et puis on ne se refait pas on est cartésien ou on ne l’est pas. Et alors on se pose des questions, on se demande, mais enfin pourquoi donc, mais est ce vrai? Et souvent on finit par se décevoir soi même d’avoir oublié de mettre son cerveau en pause.

Je lisais ça tout à l’heure:
"Maintenant, prenez les 2 derniers chiffres de l’année de votre date de naissances et ajoutez l’âge que vous aurez cette année, le total devrait être 111 !!
Pour moi, ça fonctionne et pour vous ???"

Je me dis wow ça marche, super une bizarrerie mathématique qui ne peut se produire que cette année, c’est génial, le mec qui a trouvé ça est bien doué! Puis dans la minute qui suit, voilà que je me demande quel chiffre on obtient en 2010, et là d’un coup je commence à saisir le truc.

Et oui car il y a un truc. Ce n’est ni magique, ni finalement mathématique c’est purement de la logique et encore ça ne marche que pour les personnes qui sont nés entre 1900 et 1999, je m’explique.

En fait on part d’un référent qui est 1900, l’énoncé dit qu’il faut prendre les deux chiffres de l’année de naissance, mettons qu’on prenne 77. Puis d’ajouter son âge. En fait on ajoute simplement le nombre d’années qui ont passé depuis 77, et en effet c’est normal on tombe tous sur le même chiffre. Puisque depuis 1900 tout le monde peut se rendre compte qu’en cette année on a passé 111 ans.

lire la suite

Elizabeth Peters – Un crocodile sur un banc de sable

Amelia Peabody est à mi-chemin entre Jessica Fletcher et Adèle Blanc Sec. Premier roman dans lequel elle s’incarne et datant de 1975 on peut tout à fait légitimement se demander si d’ailleurs elle ne serait pas un peu l’inspiratrice de ces femmes fortes à la fois aventurière et enquêtrices qui viendront plus tard.
Dans l’Angleterre Victorienne elle s’embarquera pour l’Egypte pour un voyage qui d’agreement va bien vite tourner à l’aventure telle que les grands espaces et les légendes du passé peuvent en offrir.

Toujours sure d’elle et de ses bonnes manière Amelia Peabody ne faillira pas devant les épreuves et se verra infligée les tourments que n’auraient pas reniés un professeur d’archéologie qui aura fait les grandes heures du cinéma quelques années plus tard.
Un roman qui parfois m’a semblé difficile à habiter, des passages intéressants, des personnages haut en couleur et pour qui découvre comme moi sur le tard feront immanquablement penser à des personnages devenus récurrents dans les films ou les romans.
Lorsqu’on lit ce roman sans en connaitre la date de publication on est presque dans la déception, on va de cliché en cliché, de surprises qui ne surprennent pas à des scènes presque devenues banales.
Ce n’est que lorsqu’on a conscience que ce roman est antérieur à bien des déclinaisons qui nous sont venues ou revenues à l’esprit qu’on saisit alors toute la beauté de ce roman. Comme si on découvrait la peinture rupestre qui a inspiré celle de Lascaux ou comme si on avait découvert l’ancêtre de toute une catégorie de héros.

lire la suite

Démarchage téléphonique

Lorsque j’avais ma box précédente j’avais filtré les appels anonymes et je pense que ça filtrait aussi les numéros utilisés par les sociétés de démarchage téléphonique, car nous n’avions presque aucun appel. Mais depuis quelques temps c’est le défilé et franchement c’est à se demander si moi en tant que client d’une telle société j’accepterais de payer pour le service rendu et pour la manière dont sont menés ces démarchages…

Tout d’abord le ciblage, je crois que je n’ai jamais été aussi mal ciblé que ces derniers temps. Je me suis même fait engueulé en insistant sur le fait que si si j’étais un retraité et que de toute façon ils le savaient mieux que moi… Certes j’ai probablement une moins bonne vision de mon âge et de ma situation que ces gens là perdus dans je ne sais quel pays à bas coût pour passer leurs appels.

Je suis toujours contacté en tant que propriétaire, et j’en passe. Vous me direz c’est ma faute aussi si je remplis des questionnaires en ligne en racontant n’importe quoi? Sauf que je n’ai jamais raconté n’importe quoi sur ce genre de questionnaires, même pour des jeux concours sans valeur. Je ne vois pas l’intérêt de falsifier un profil pour gagner un pins ou je ne sais quelle cochonnerie émaillée. Alors d’où vient le problème?

lire la suite

En-chaînes

J’ai enfin compris l’engouement des gens pour les chaînes, vous savez ces affreuses petites saletés qui envahissent mails, sms et statut facebook pour dire des platitudes à peine bonnes à faire vous tirer un soupir de consternation.
Des lieux communs, des inepties, des fadaises, tout ce que l’on peut compter de mièvreries et de bons sentiments sont réunis dans ces petits morceaux de bravoure à l’orthographe pour ne rien gâcher au plaisir pour le moins approximative (enfin si ça n’était que ça).

C’est vrai je ne peux que comprendre, tous ces gens qui lisant un truc se disent "Ha ouais trop bien!" et qui ont de suite la folle envie de partager ça avec des tas de gens. Ca a toujours existé, d’ailleurs les premières chaînes étaient orales tout simplement. La différence? Et bien le fait que chaque "raconteur" s’appropriait l’histoire et qu’il pouvait parfois sans l’avoir voulu changer celle-ci, l’enrichir, la rendre unique. C’était une manière finalement passionnante de partager car l’enrichissement que celui qui racontait pouvait y mettre venait rejoindre l’enrichissement que celui qui écoutait y mettait aussi.

lire la suite

Il y a (texte final d’un atelier d’écriture)

Il y a je le vois une âme vagabonde en partance sur le yacht qui vogue sur les flots

Il y a la présence des illusions pendues glissant entre les portes d’un ascenseur étrange

Il y a cette flamme qui danse dans mes yeux comme au fond d’une barque prise dans un filet

Il y a le destin dont la luisance bleue semble être prisonnière d’un sous marin troué

Il y a je l’entends le chat cacophonique qui va bringuebalant comme charrette qui s’ébroue

Il y a cette lune dont l’étrange attraction fait courir la chenille, lumineuse musique

Il y a sous la mer un petit bathyscaphe exigu et tremblant sans sa voile et sa carte

Il y a la folie dont les étranges échasses horizontales sont les veines délicates

Il y a cette sainte courant sur la grand route car elle fut il y a peu sur sa moto risée

Il y a la force calme lorsque le pois s’écosse quand le carrosse tout comme la reine se désosse

 

Venez réagir sur le forum