Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Mystery Case Files : MillionHeir – Nintendo DS

 

Il existe sur PC une catégorie de jeux plutôt orientées vers les joueurs occasionnels, et qui souvent se vend à des prix plutôt réduits en ligne par exemple qui pourrait se nommer les jeux de « Chercher l’objet ».
Un peu comme les livres de la série « Où est Charlie » ils consistent dans des décors remplis d’objets divers de trouver une liste de certains objets en particulier souvent très bien cachés.

Il n’est donc pas étonnant qu’à l’heure ou les jeux de point & click ou bien les portages de jeux nécessitant sur PC une souris deviennent courant sur les deux consoles de Nintendo de voir un jeu de ce genre émergé.
Et force est de reconnaitre que le stylet se prête très bien à cet exercice, rendant l’ergonomie de ce type de jeu particulièrement adaptée à la petite console portable de Nintendo.
Le jeu qui nous occupe aujourd’hui sous un prétexte scénaristique quelconque, la disparition d’un riche excentrique et l’enquête sur la vérité sur sa mort et sur son héritier, nous offre un jeu qui malgré l’aspect répétitif de la chose, s’avère distrayant et propose des qualités indéniables.
Comme je le disais bien sur ce qui compte ce n’est pas le scénario qui est presque la faiblesse du jeu, scénario sauvé tout de même par les traducteurs qui ont su rendre le second degré du jeu original avec les jeux de mots des noms des différents protagonistes de cette affaire.

lire la suite

Neverwinter nights 2

 
Fan de la première version de cette série, j’avais essayé il y a quelques mois ce deuxième opus, et j’avais été très déçu, tout d’abord par le fait qu’il ramait à l’époque sur ma machine, et qu’il semblait avoir été programmé avec les pieds… Ce qui était une terrible déception au vu du premier qui était tout de même joli et optimisé.
Et puis un changement de machine après voici que je retente l’aventure et que j’installe enfin le jeu tant convoité. Après plusieurs heures de mise à jour (prévoir ce temps lors de l’installation car il est obligatoire même si vous achetez une version récente du jeu), le premier lancement, et les premières surprises, sur une machine raisonnablement puissante tout roule, le jeu est beau et fluide.
Bien sur les nombreux patchs y sont surement pour quelque chose, de même que le changement de machine qui représente un saut technologique assez conséquent.

C’est donc dans de bonnes conditions que j’ai réinstallé le jeu, que j’ai appliqué les tonnes de patchs et que j’ai enfin lancé le jeu pour l’essayer, et je ne l’ai plus lâché jusqu’à ce que je le termine totalement…
Enfin quand je dis totalement, parlons au moins de l’intrigue principale, même si les différentes cartes ne sont jamais excessivement grandes, et même si le jeu est tout de même assez dirigiste, et que l’on ne manque pas vraiment les différentes choses à faire, les environnements sont tellement variés, les lieux tellement complets et bien modélisés que l’on n’est pas à l’abri d’avoir raté une quête secondaire ou la visite d’un petit bâtiment.
Première constatation, le tutoriel du jeu est clair, ce qui n’est pas le cas de prime abord au niveau du contrôle et de l’interface du jeu, en effet les options sont multiples et la gestion de tout le groupe semble légèrement compliquée, ce qui s’avère en fait assez vrai à l’utilisation, mais rien que quelques heures de jeu ne peuvent améliorer.
Aussi déstabilisant que peut l’être une nouvelle interface pour une suite, il faut reconnaitre qu’une fois pris ses repaires tout roule et tout roule même pas mal, on se prend même à l’apprécier d’autant plus qu’elle est très personnalisable et configurable.

lire la suite

Bomberman Land Touch ! 2 – Nintendo DS

 
Souvenez-vous il y a un peu plus d’un an, je vous parlais d’un jeu nommé Bomberman Land Touch! et qui si il n’était pas révolutionnaire proposait de nombreux mini jeux dans un format style jeu d’aventure assez réussi et suffisamment touffu pour ne pas se montrer trop répétitif, ceux qui ne s’en souviennent plus ou ne lisaient pas le site à l’époque peuvent trouver le test à cette adresse.
Et bien on prend peu ou prou les mêmes et on recommence, l’histoire diffère bien entendu, mais les personnages sont les mêmes (tout du moins concernant les bombermens) le contexte est sensiblement le même, un parc d’attraction à thème qu’il faut visiter et une demoiselle en détresse à sauver, mais pour le reste nous avons à faire à un remake si je peux me permettre le terme mais pas réellement ni une suite ni une copie…

En effet cette version n’est presque pas différente de la première, plusieurs univers différents, des portes demandant des jetons pour s’ouvrir, des jetons que l’on gagne aux attractions du parc en les gagnant, des attractions qu’il faudra réussir au moins deux fois pour obtenir de quoi acheter les différents accessoires obligatoires du jeu et parfois même une troisième fois lors des duels avec les autres bombermens.
Des objets nécessaires pour certains passages, des jetons pour d’autres, un système de jeu très linéaire qui ne laisse finalement le choix qu’entre quelques attractions différentes pour avancer, et une histoire qui se résume à la partie congrue, un gentil très gentil, un méchant très méchant et des bombermens qui veulent tous être plus fort que le gentil très gentil qui doit prouver sa valeur sans arrêt.
Chaque monde possède son boss de fin de niveau si je puis dire, qui devra être battu à une espèce de jeu rappelant vaguement les jeux de hockeys des salles d’arcades, vous avez des bombes que vous devez envoyer de l’autre côté de l’écran pour qu’elles explosent et qu’elles blessent suffisamment le méchant que vous affrontez, classique, mais efficace, cette phase de jeu bien que répétitive, n’en est pas indigeste pour autant ce qui est un bon point!

lire la suite

Wii Fit – Nintendo Wii

 
Comme je vous l’avais promis, voici enfin un retour d’expérience de ce jeu et de son accessoire spécifique et si particulier j’ai nommé la Wii Balance Board. Alors tout d’abord on est attiré par les diverses publicités, les tests, puis on se dit que c’est tout de même assez cher pour un produit somme toute relativement limité, et enfin on se laisse tenter.
La package est lourd, mais finalement très succinct, pas de mauvaises surprises, mais pas non plus de quoi sauter au plafond, la boite assez volumineuse (plus finalement que celle de la console elle même) contient la planche, le jeu et les piles nécessaires, pas plus, pas moins, il vous faudra vraisemblablement opter pour une housse en silicone si vous voulez faire durer l’appareil (bien que nous y reviendrons mais ça n’est pas forcément la meilleure idée qui soit en vérité mais peu de salut pour éviter un vieillissement prématuré de l’accessoire) et des accus rechargeables, à l’heure ou toutes les wiimotes sont livrées avec la housse silicone il est presque regrettable que l’on doive investir en plus pour ça.

L’installation est rapide comme toujours avec la Wii puisque il n’y a pas de fil, on insère le DVD, on clique sur le menu et on lance le jeu. La petite balance va vous épauler pour créer des profils des différentes personnes qui vont utiliser l’appareil et le jeu, puis vous allez subir votre première série de tests et de pesée.
A la suite de quoi il va vous falloir déterminer un programme à suivre avec un objectif et vous voilà enfin rendu dans le jeu à proprement parlé. Le principe de cet appareil est de vous aider à vous maintenir en forme, à faire du sport, à vous muscler et tout ça de manière ludique et accessible et force est de reconnaitre que sur pas mal de points on est en effet dans le ludique et dans l’accessible.
Au démarrage vous verrez de nombreux icones inactifs que vous allez devoir débloquer à force d’entrainements, ou à force de pratiquer d’autres exercices, en effet le temps passé à jouer est comptabilisé et sert à débloquer nombre de nouvelles activités sportives. De même vos performances ou votre assiduité à certains exercices vous permettront de débloquer d’autres exercices en relation ou des durées ou répétitions plus importantes afin de corser le travail et vous faire forcer un peu plus.

lire la suite

La Wii de Nintendo

Après des mois passé à l’observer de biais comme un prédateur observe sa proie, sans jamais avoir eu la conviction profonde de l’acheter, je me suis laissé avoir par Nintendo, et j’ai craqué, achetant dans la foulée la Wii et son accessoire de sport dont je vous parlerais ultérieurement si vous êtes sages.
Mais revenons à cette console, cet ovni si je puis dire que j’avais déjà eu l’occasion d’approcher mais que je n’avais encore pas réellement pris en main pour de vrai. Force est de reconnaitre que Nintendo après sa DS a encore su renouveler le jeu, et la manière dont on joue avec cette console totalement hors des sentiers battus.
Tout d’abord aux vus des monstres de chez Sony et Microsoft quand on ouvre la boite on est en premier surpris par la taille de l’appareil, la console est légère, petite, discrète, elle passe assez vite inaperçu dans un salon quelconque sans problème. Elle n’est agrémentée que de quelques petites lumières brillantes sur les accessoires de commande et en façade de la console elle même, mais rien qui ne soit très discret.

Elle est passablement silencieuse, bien que l’on entende parfois le lecteur optique tourner un peu, mais ce qui est le plus surprenant pour les nouveaux venus ce sont les contrôleurs, finit la manette, finit les trucs chiants et compliqués, Nintendo a pensé à toute la famille avec deux contrôleurs qui ne nécessitent pas d’avoir fait BAC+9 pour arriver à faire marcher l’engin.
Les deux contrôleurs sont la Wiimote une espèce de télécommande ne comportant que quelques boutons et une croix directionnelle, l’un des boutons est une gâchette située sous le contrôleur. Le second contrôleur qui se connecte à la Wiimote se nomme le Nunchuk, et il s’agit d’une espèce de boule à tenir dans la main avec un stick analogique, et deux boutons supplémentaires.
La Wiimote n’a pas de fil, et le nunchuk qui en possède un, ne s’en sert que pour se connecter à la wiimote ce qui vous laisse particulièrement libre de vos mouvements en cours de jeu.
L’interface d’utilisation de la console n’utilise que la Wiimote, d’ailleurs peu de jeux utilisent les accessoires secondaires comme le nunchuk, il faut dire aussi que pour le moment je n’ai que peu de jeux à disposition pour avoir des avis bien tranchés quand à l’utilité de ces deux périphériques de commandes l’un par rapport à l’autre.
Ce qui est sur par contre c’est que la Wiimote est particulièrement intuitive quand on a compris le fonctionnement, et que le fait de viser l’écran et de réellement pointer ce que l’on fait est particulièrement simple à prendre en main, on sent que la console est prévue pour la famille, pour toute la famille.

lire la suite

Unreal Tournament 3 – PC

 
Unreal Tournament, la référence des jeux en lignes est de retour, certes il est de retour depuis un moment, mais fan de la première heure je l’ai depuis sa sortie et je ne me lasse pas de jouer en ligne avec, bien que mes diverses activités m’empêchent je l’avoue de faire des cures de parties comme j’ai pu en faire à l’époque d’Unreal 2004.
Voilà un jeu qui utilise le moteur Unreal Engine 3 tout comme le désormais célèbre Gears Of War des mêmes studios, développé pour la Xbox 360 puis porté ensuite sur PC, et quel moteur! Un moteur tout à la fois puissant, mais suffisamment léger pour être jouable sur différentes configurations pas forcément parmi les plus récentes.
Avant d’aller plus loin sachez que ce jeu même si il possède un solide mode solo justifiant pour un joueur sans connexion internet l’achat du jeu, n’en demeure pas moins particulièrement orienté vers le jeu en ligne et que son principal intérêt justement est le jeu en ligne et non pas le jeu en solitaire et que pour ce faire il nécessite une connexion à haut débit pour en jouir pleinement.

Qu’est ce qu’Unreal Tournament? C’est un FPS (First Person Shooter – jeu de tir à la première personne) dont le principal intérêt est de proposer des modes de jeu particulièrement sympa, et permettant à de nombreux joueurs de travailler de concert. On est loin de certains modes de jeu coopératifs comme ceux que propose un « Team Fortress » par exemple, mais malgré tout certains des modes d’Unreal demandent un vrai travail d’équipe.
Niveau background, divers clans s’affrontent dans une guerre meurtrière et violente, l’un de ces clans les Necris possédant une technologie particulière se voit octroyé des véhicules spécifiques et différents des véhicules classiques des autres clans.
Au niveau des armes par contre on reste dans l’arsenal classique pour tout le monde, à part certaines caractéristiques différentes, les armes entre cet opus et l’arsenal de la version 2004 d’Unreal sont les mêmes.
Que ce soit au niveau des véhicules ou de toutes les armes ou presque, la spécificité d’Unreal consiste à offrir deux modes de tirs, ainsi chaque arme se voit capable de faire deux tirs spécifiques, certains plus meurtriers que d’autres, certains complémentaires à d’autres, comme avec le Fusil Shock par exemple. Certains véhicules en plus d’offrir plusieurs types de tirs, ont parfois plusieurs configurations possibles changeant l’aspect bourrinages habituel avec une dose de réflexion quand à la manière d’utiliser certaines armes ou véhicules.

lire la suite

TrackMania Nations Forever

Nadeo nous reviens avec un nouvel opus de leur licence la plus emblématique, dans une version qui devrait ravir à la fois les fans, les nouveaux joueurs, ceux qui aiment la compétition surtout avec de vrais concurrents, ceux qui aiment les challenges, et surtout ceux qui ont un trou dans leur portefeuille et qui n’ont pas les moyens d’acheter des jeux de nos jours pour la simple et bonne raison que ce TrackMania Nations Forever est gratuit, totalement gratuit et le restera enfin d’après Nadeo.
Mais tout d’abord qu’est ce que c’est que cette licence TrackMania? Quel genre de jeu se cache derrière ce nom un peu barbare et compliqué? Il s’agit tout simplement d’un jeu de course de voitures sur circuit, du genre course avec sauts, obstacles et divers pièges.
Les différents jeux sortis sous ce label ont été déclinés entre les versions payantes souvent plus complètes car proposant plusieurs types de voitures par exemple, et parfois d’autres environnements de course ou de possibilités comme les éditeurs de circuits, et les versions gratuites, car ce TrackMania Nations Forever n’est pas un premier coup d’essai un précédent TrackMania Nations ayant déjà existé par le passé.

lire la suite

Dead N’ Furious – Nintendo DS

 
Il est des franchises qu’on aimerait parfois ne pas retrouver de générations en générations de console, tant on peut craindre qu’elles soient gâchées ou inadaptées, et celle qui est à l’origine de ce jeu est de celles ci, pour vous donner un indice supplémentaire sachez que ce jeu porte aussi le nom de « Touch the Dead », ce qui devrait immanquablement vous faire penser à un autre jeu de chez Sega…
Et oui ce jeu n’est ni plus ni moins qu’un remake des classiques « House Of The Dead » de chez Sega, disponible depuis mai de l’année dernière aux USA il devait être disponible en décembre en France mais il semble difficilement trouvable quoi qu’il soit disponible en occasion sur plusieurs sites.

Alors qu’est ce qu’un jeu à la « House of The Dead »?
Un jeu de tir, à la première personne, dans lequel votre personnage suit un chemin préenregistrer dans des décors où votre seule action concernant ces trajets se limitera à dire parfois si il doit prendre à droite ou à gauche mais où vous n’aurez aucun autre moyen de faire évoluer les choses un peu comme si votre personnage était dans un manège sur les rails d’un petit train.
Tout le long de ce parcours vont apparaitre des monstres (en l’occurrence des zombies) qu’il va falloir dégommer à grand coups de munitions diverses et variées, sachant que parfois le décor sera interactif et qu’il permettra aussi d’être détruit ou qu’il autorisera une action, par exemple les caisses présentes dans le décor contiennent souvent des munitions, des soins etc…
Bien entendu à chaque niveau vous vous retrouverez avec un boss à flinguer qui s’avérera plus difficile que les petits monstres du niveau, et qui devra subir plusieurs séries précises de tirs dans un ordre donné pour succomber.
C’est le principe même de ces jeux, et bien soyez rassurer pour ce titre DS c’est exactement le contenu que vous aurez, ni plus ni moins, voilà bien résumé le jeu en lui même…

lire la suite

Puzzle Quest : Challenge of the Warlords – Nintendo DS

 
Voilà un jeu qui ne paye pas de mine, qui arrive même à être fatiguant et pourtant sur lequel on retourne encore et encore avec plaisir. Le jeu est un mélange très réussi entre le jeu de rôle (certes cette partie est très limitée) et le jeu de stratégie et de réflexion.
Le principe est simple on vous donne des missions dans un monde médiéval fantastique qu’il vous faudra accomplir afin de le terminer, entre les missions principales qui font avancer l’histoire et qui suivent le scénario principal vous avez une multitude de missions secondaires, qui vous permettront de gagner de l’expérience, par exemple.

Le jeu n’est en fait qu’une suite de combats, et les combats se résolvent tous de la même manière, vous avez une grille comportant de nombreux symboles, et vous devez faire des liens d’au moins trois symboles identiques sur un ligne ou une colonne pour les faire disparaitre, si vous faites une ligne ou une colonne de 4 symboles ou plus vous gagnez un tour supplémentaire.
Chaque symbole qui disparait donne des choses différentes, en effet le jeu possède 4 types de magie différente, l’air, la terre, le feu et l’eau, et faire disparaitre les symboles de l’un de ces éléments rajoute à votre réserve de magie les éléments correspondants, vous permettant ensuite de lancer des sorts.
Les autres symboles qui peuvent disparaitre vous donnent de l’expérience, de l’argent ou font des dégâts à votre adversaire, car n’oublions pas que le but est de faire tomber son adversaire à 0 points de vie.
Comme je vous l’indiquais pour ce faire vous disposez de sorts que vous pouvez utiliser contre votre adversaire, au départ vous avez quelques sorts mais vous pourrez en gagner d’autre, en effet vous pouvez tenter de capturer des monstres lors de vos pérégrinations, il vous faudra l’avoir déjà combattu trois fois, et dans ce cas vous aurez une grille puzzle sur laquelle vous devez faire disparaitre tous les éléments présents.
Une fois la bestiole capturée, vous pourrez dans toutes les villes sous votre contrôle (que vous aurez donc combattus et vaincus) étudiez les sorts de ce monstre pour pouvoir les utiliser dans une phase pendant laquelle vous devez réussir un certain nombre de combinaisons de symboles de chaque type y compris un type particulier qui n’apparait que dans certains cas.

lire la suite

Bomberman Story DS – Nintendo DS

 
On peut dire que la console de Nintendo est plutôt gâtée concernant les jeux mettant en scène le petit personnage de chez Hudson, le voici dans une nouvelle aventure dans un jeu d’action aventure plutôt réussi, qui a eu (et c’est suffisamment rare pour le noter) la primeur de sortir dans nos vertes contrées avant les Etats Unis où il vient tout juste de sortir le bout de son nez.
Le jeu est somme tout assez classique mais il n’empêche la sauce prend. Par bien des côtés, il ressemble à son petit frère sur Game Boy Advance, ici pas de cartes quadrillées avec des adversaires à faire exploser, mais des décors avec des monstres, et des parties destructibles par vos bombes.
L’histoire est on ne peut plus simple, vous êtes embringué par le ministère de la justice qui mène une enquête sur un cambriolage qui vient d’avoir lieu et qui pourrait bien être un danger pour l’humanité dans son ensemble.

Le jeu est relativement simple, je dirais léger, il faut traverser 6 mondes se finissant tous par un boss, même si certains mondes possèdent des cartes nombreuses, il n’empêche que chaque carte tiens dans le petit radar situé sur l’écran supérieur, et qu’on a finalement vite fait le tour du jeu, même si je dois l’avouer je l’ai fini, mais pas complètement, en effet le jeu vous offre la possibilité de gagner des cartes et je ne les ai pas toutes.
De même vous aurez tout au long du jeu accès à des objets qui je l’imagine servent contre le boss final sur la planète de Boratol, mais il s’avère que ces objets au nombre de 6 sont à gagner après chaque boss et que l’un est trouvable de manière caché dans un niveau de la dernière planète, mais il n’empêche que je n’ai pas trouvé les 6 objets, je n’en ai trouvé que 5 ce qui ne m’a pas empêché de finir le jeu ce qui est un bon point, mais qui m’a frustré je l’avoue.
Concernant l’aspect aventure il est somme toute assez limité, tout d’abord la difficulté est vraiment légère, le jeu court et je dirais presque trop court, l’aspect jeu de rôle se limite à passer des niveaux et gérer quelques objets pour se soigner par exemple, mais arrivé au niveau 16 c’est terminé, plus d’évolution possible. De la même manière les bombes diverses qui vous accompagnent sont intéressantes parfois mais à part dans des mini-jeux intermédiaires elles n’ont finalement que peu d’intérêt malgré leur diversité.

lire la suite