Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Chasm

Chasm qui veut dire abime en Français (que j’aurais moi même traduit par crevasse je crois) et un jeu que l’on peut qualifier de « Point and Click », pointez et cliquez. Il est assez simple et logique sauf peut être dans la dernière ligne droite légèrement plus ardue parce que sans vous gâcher le plaisir vous devrez avoir le sens de l’orientation et un timing plutôt précis.
Vous y incarnez Joe un ornithorynque ou en tout cas un animal qui ressemble affreusement à un ornithorynque, habitant de « Chasmston » il va à cause de son incommensurable fainéantise et de sa paresse, de retrouver désigné pour aller réparer les canalisations qui mènent l’eau à la ville et qui ce faisant lui fournissent l’électricité et les conditions pour cultiver et pour rendre l’endroit vivable et habitable.
Et voilà notre ami Joe qui va partir en quête de cette eau qui ne s’écoule plus jusque dans la vallée. Et cette aventure va s’avérer ne pas être de tout repos hélas pour notre ami Joe qui n’avait rien demandé à personne et qui était si bien au fond de son lit tranquille…

Bon attaquons par les points que je qualifierais de négatif tout d’abord, le jeu est court, rapide, et finalement très facile, en effet pas de combines tarabiscotées, pas d’assemblage d’objets, pas d’inventaire d’ailleurs, ici tout se passe vraiment en quelques clics, on se déplace rapidement de clic en clic, on a plus l’impression par moment de jouer à une aventure interactive comme une animation plus que comme un jeu.
Autre aspect parfois limite, les animations qui ne sont pas des modèles de fluidités, disons que le ou les graphistes ont fait le strict minimum je dirais, les animations sont plutôt du genre épileptiques mais finalement ça colle plutôt assez avec le style dépouillé de l’ensemble, apportant une cohérence certaine.
Pour finir sur ces points négatifs, le plus dommage à mon sens c’est tout de même bel et bien le fait que le jeu est extrêmement court, en effet au moment où on commence à apprécier l’aventure et ce personnage aussi bizarre que sympathique on est rendu au grand final.

Au niveau des points positifs, le scénario est pas mal, les actions à faire logiques et jamais trop tordues, tout se laisse comprendre et appréhender avec facilité.
Graphiquement parlant j’aime assez, je suis certes un bon public mais je dois dire qu’on s’attache à Joe et à son univers, c’est dépouillé, c’est sobre, ça n’en fait pas des tonnes pour rien, mais c’est aussi ce que certains vont détester et n’apprécieront pas.
Le style est assez enfantin finalement, autant dans les graphismes que la facilité on peut se demander si l’ami Joe n’est pas un petit ornithorynque pour les enfants, il n’empêche je suis surement un petit n’enfant et encore une fois je suis et j’en ai conscience parfaitement un bon public pour tout ce qui ressemble à une aventure en point and click surement à cause de mes ancestrales parties d’Indiana Jones sur Atari ou de Day of The Tentacles et plus spécifiquement de tous les jeux Lucas Arts de l’époque.

C’est vraiment le jeu d’une journée, on le commence le matin, on le garde dans un onglet de son navigateur et pendant les pauses café, on avance pour le finir avant de partir, c’est aussi un jeu qui ne déclenchera pas de frénésie du reviens y, une fois fini on passe à autre chose.
Bref un petit jeu casse croûte qui risque pourtant de déplaire par son côté techniquement et graphiquement à la limite pour certains, mais qui si vous êtes sensibles à son charme va vous faire passer un petit moment agréable sans prise de tête.
Bon allez Joe c’est l’heure de retourner se coucher maintenant 🙂

Venez réagir sur le forum

Tags: , ,