Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Depardieu ou le tir au pigeon

On a probablement trop déjà entendu parler de l’affaire Depardieu, et pourtant, le mal dont est issu ce problème est bien plus sournois qu’on ne le pense et ce n’est pas en tirant sur la glace visible que l’iceberg fondra un jour.
Parce que le problème des impôts est un vrai problème en France, la preuve avec tous les exilés fiscaux qui ont précédés Depardieu et dont certains sont du bord politique actuellement au pouvoir (et qui ne sont pas revenus au dernières nouvelles…)

Commençons par comprendre la démocratie, des hommes sont élus par le peuple, ce peuple qui a donc à priori tout pouvoir et qui devrait pouvoir sanctionner ou obliger ces mêmes élus à suivre des règles.
Oui mais voilà ceux qui font les lois sont entre gens du "même monde" et il est clair que l’un des gros problèmes de notre république vient du fait que les lois qui les concernent sont aussi acceptées ou refusées par ces mêmes personnes.

On parle de vouloir faire des économies, on augmente les prélèvements, et pendant ce temps rien n’est fait pour réguler les dépenses gargantuesques de nos élus.
La baisse du salaire des ministres? Retoquée… Le non cumul des mandats? Refusé et annulé… Les avantages de retraite et ou de pension de nos élus? Intouchables…
Ma foi, si on voulait un système qui donne l’impression de s’auto protéger aux dépends de ceux qui eux sont obligés de faire des efforts on ne s’y prendrait pas autrement.

Et là qu’on ne parle pas de couleur politique parce que de n’importe quel bord qu’ils soient, ces braves messieurs semblent afficher un front commun à toute tentative de les rendre responsables.
Mais pourtant ne sommes-nous pas ceux qui les élisons? Ne pourrions-nous pas à force de nos voix, les faire enfin basculer vers la raison au lieu de penser à leur confort et leurs avantages?
Le système restera tel qu’il est quoi qu’il se passe, aucun président n’aura jamais le courage de forcer certains textes de loi même si il en a le pouvoir. Alors au lieu de jouer les juges sur des cas particuliers intéressons-nous plutôt à ces cas communs qui sont à eux seuls responsables d’une part importante des dépenses de l’état…

Commentaires

  1. Rien puisque c’est le système qui se bloque et se protège lui même…

  2. Je ne tiens pas à ce que l’un soit l’arbre qui cache la forêt, qu’on ne parle que de lui, en oubliant ses autres confrères grands patrons, exilés aussi, qui eux se sont faits très discrets; je suis d’accord pour que l’on réharmonise partout, députés inclus. Tout de même rappelons nous que des gens vivent, survivent, avec moins que le smic; que des millionnaires viennent pleurer, alors qu’ils n’auront jamais assez de toute une vie pour dépenser une partie de leurs revenus, c’est méprisant pour le commun des mortels.

  3. Si déjà on forçait ceux qui nous gouvernent dans les différentes assemblées à se comporter avec décence et retenue on aurait fait un sacré bond en avant niveau égalité… Mais notre « liberté, égalité, fraternité » semble être à ajouter au « tant que ça ne me touche pas »…

  4. oui bonne idée, on a qu’a les forcer a se comporter avec décence et retenue, mais on fait comment pour les forcer ? ben, on vote !!! aujourd’hui quelques directions sont proposées : la gauche, avec une idée anticapitaliste et eco-socialiste, le PS, le Modem et l’UMP avec une idée libérale style États-Unis, et la droite radical avec une idée nationaliste !

  5. Problème qui se pose c’est que quoi qu’on vote, ceux qui sont aux organes de décisions sont pour garder le système tel qu’il est… Et je dirais malheureusement. Donc comment on les oblige?

  6. Alors c’est que n’a pas lu tous les programmes !!

  7. De toutes façons, même si on restreint les dépenses des élus, ce n’est qu’une goutte d’eau à côté de l’argent qui s’en va dans les paradis fiscaux, les détournements, ensuite, le prélèvement ,à taux de 75%, ne concerne que la partie de revenus qui dépassent le million, pas sur tous les revenus d’une personne, ça relativise les choses.