Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Grand corps Malade – Enfant de La Ville

 
Suite au succès de son précédent album, et après les deux victoires de la musique remportées pour l’album « Midi 20 » la moindre des choses qu’on peut dire c’est que Grand Corps Malade était attendu au tournant, comme si certains artistes voulaient se rassurer sur le fait que cet album n’était qu’un coup unique, on ne peut pas dire en effet que cet artiste laisse insensible.
Pour ceux qui le découvre (ils ne doivent pas être nombreux) cet artiste pratique le slam, bien loin des standards musicaux habituels, bien loin de la bouillie prêt mâchée que l’on nous prépare pour nous remplir les oreilles à longueur de temps à la radio et à la télé, le slam est un exercice à mi-chemin entre le jazz (pour son côté hautement improvisable dans certaines conditions), la poésie (pour les textes qui sont des poèmes à part entière) et le one man ou woman show car le slam est une déclaration, une déclamation.

Voici ce qu’en dit le principal intéressé sur son site officiel à propos du Slam.

Il y a évidemment autant de définitions du slam qu’il y a de slameurs et de spectateurs des scènes slam.

Pourtant il existe, paraît-il, quelques règles, quelques codes :
– les textes doivent être dits a cappella (« sinon c’est plus du slam » ?)
– les textes ne doivent pas excéder 3 minutes (oui mais quand même des fois, c’est 5 minutes…)
– dans les scènes ouvertes, c’est « un texte dit = un verre offert » (sauf quand le patron du bar n’est pas d’accord…)

Bref, loin de toutes ces incertaines certitudes, le slam c’est avant tout une bouche qui donne et des oreilles qui prennent. C’est le moyen le plus facile de partager un texte, donc de partager des émotions et l’envie de jouer avec des mots.

Le slam est peut-être un art, le slam est peut-être un mouvement, le slam est sûrement un Moment… Un moment d’écoute, un moment de tolérance, un moment de rencontres, un moment de partage.

Enfin bon, moi je dis ça…

Grand Corps Malade

J’avoue, j’étais inculte avant son premier album, j’avoue aussi ne pas l’avoir écouté attentivement, ayant le détestable principe de détester préventivement ce que la critique et la masse encense, passant régulièrement à côté de pas mal de choses juste parce que mince alors je suis contre et puis c’est tout.
Mais j’avoue aussi que je suis vraiment tombé sous le charme, cet album est une pure merveille, les textes sont autant de joyaux qui pourraient tout aussi bien être dans un recueil de poésie quelconque, les mots jouent, chantent, sonnent, résonnent, Grand Corps Malade nous livre et nous délivre des messages, des parcelles de vie, de sa vie, de ses vies.
Je ne sais pas si c’est cet aspect qui rend les textes touchants, attachants, ou si tout simplement ce sont les mots qu’il manie avec tellement de finesse et de talent, diable que voilà un artiste qui sait parler et qui sait partager, qui sait émouvoir, et qui sait nous faire voir, qui éclaire sa vie à la lumière de ses expériences, nous livrant de poignant témoignages de ses pensées et de ses émotions.

Une heure de pur bonheur, que je repasse en boucle en ce moment… Au niveau de la musique qui sert d’accompagnement, elle s’avère toujours sobre et elle n’est pas essentielle, elle accompagne, elle enrobe, mais elle n’est pas l’outil fondamental.
Certaines chansons sont des réponses à ce que les gens peuvent imaginer ou penser de lui, que ce soit « Underground » qui parle des préjugés et des à priori que les gens lui portent au travers du regard qu’ils ont quand à sa « célébrité ».
Aussi comme « Du côté chance » qui parle de sa réussite et de ce qui s’est passé dans sa vie, un témoignage mit en mots et en rimes de manière tellement talentueuse…

Les messages sont toujours positifs, jamais d’agressivité, jamais d’accusation, des messages d’espoir et de nombreuses choses toutes plus enrichissantes et bonnes les unes que les autres.
Dans cet exercice qu’est le slam les textes sont une part primordiale de la chanson, et je dois dire que Grand Corps Malade a un réel talent d’écriture, qu’il sait manier les mots et qu’il sait fichtrement bien les faire rimer.
J’ai vraiment adoré cet album et puis la sobriété des musiques d’accompagnement vu qu’elles ne sont qu’accessoires fait que l’on prend un réel plaisir à écouter cette poésie déclamée pourtant en musique entrainée par le flot musical des mots à part entière.
Une découverte d’un univers à ne pas rater, et un artiste humain véritablement exceptionnel et qui transpire son humanité et sa générosité dans ses textes et dans son art, un vrai régal.

Venez réagir sur le forum