Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Helen Fielding – OLIVIA JOULES ou l’imagination hyperactive

 

Quand on veut surfer sur une mode il vaut mieux soit être dans le courant au bon moment, soit se démarquer de la concurrence en proposant un concept suffisamment différent pour que ça soit plaisant à lire et à découvrir.

Le quatrième de couverture ne peut s’empêcher de nous faire une comparaison avec les autres romans d’Helen Fielding, à savoir "journal de Bridget Jones" et de "L’âge de raison" mais il faut tout de même dire que cette Olivia Joules est à des kilomètres de Bridget Jones…

Aventurière, séductrice, lorsque cette journaliste de terrain se retrouve rétrogradée au rang de journaliste de mode et de tendance elle se retrouve vite à l’étroit dans son nouveau job et comme elle a une imagination débordante, elle va se lancer dans une invraisemblable nouvelle carrière.

Espionne de choc amatrice, Olivia va se retrouver embringuée dans une histoire rocambolesque durant laquelle ses accessoires féminins chéris ne seront pas de trop pour l’aider à se sortir des mauvais pas qu’elle ne manquera pas de traverser.

Un roman distrayant serait un bon résumé, l’histoire n’est pas réaliste pour deux sous, mais on sent bien que c’est une sorte de volonté de la part de l’auteur un peu comme pour les romans de Bridget Jones.

Les rebondissements sont parfois téléphonés, et malgré quelques bonnes idées dans l’ensemble l’écheveau de l’intrigue est tissé de bonnes grosses ficelles bien voyantes. Dommage car le personnage aurait presque pu être une anti héroïne tout à fait rafraichissante si elle avait eu un peu plus de profondeur.

On sent une sorte de formatage de l’histoire qui la couronne d’un happy end comme dans tout bon roman ou film à l’américaine. Et cette Olivia Joules qu’on finissait presque par apprécier devient sur la fin finalement comme ces personnages de roman dont on découvre déçu la fin des aventures de manière un peu trop prévisible.

Je ne dirais pas que c’est un mauvais roman, c’est un roman divertissant, mais franchement je n’ai pas pris plus de plaisir que ça à me laisser entrainer dans cette aventure.

C’est dommage car le style est rapide à lire, assez facile d’accès et je pense qu’il y avait matière à faire un peu plus en profondeur…

 

Venez réagir sur le forum