Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Jack Vance – Les maisons d’Iszm


Les maisons d’Iszm sont connus dans toute la galaxie, leur culture exclusivement faite sur Iszm elle même est l’exclusivité des Iszmiens eux mêmes et ils gardent jalousement leurs secrets ainsi que la possibilité de faire pousser ces maisons.
Bien entendu ce monopole attise bien des convoitises, et de nombreuses personnes aimeraient mettre la main sur un plant de ces maisons ou sur une graine. Mais les Iszmiens sont méfiants et les visiteurs qui viennent sur la planète l’apprennent à leur frais.
Aile Farr, botaniste de métier, se rend sur Iszm pour apprendre et visiter ce que les Iszmiens voudront bien lui laisser voir de ces fabuleuses créations végétales, mais il va se retrouver pris durant sa visite dans une "expédition" de personnes essayant de voler des plants de ces fameuses maisons.

Jack Vance est un conteur extraordinaire qui vous emmène dans un univers incroyablement touffu sans vous noyer sous des pages et des pages servant à mettre le décor en place.
Avec lui les situations sont fluides, et le monde se construit au fur et à mesure des nécessités, ne décrivant que ce qui sert à l’histoire et permettant ainsi au lecteur de totalement se laisser entrainer dans l’histoire.
Chacun de ses livres est un voyage dépaysant et ce roman ne fait pas exception. On suit les aventures d’Aile Farr sur ce monde hostile aux étrangers, et qui va sans le vouloir se retrouver au sein d’un événement qui va à lui seul totalement chambouler sa vie.
Ce roman est très agréable, rapide à lire car très court, bien écrit et avec quelques subtils retournements de situation et rebondissements agréable, on en viendrait presque sur la fin à sombrer dans la paranoïa du personnage.
Ce personnage pour lequel on éprouve de la sympathie et pour lequel on développe une espèce d’empathie, se prenant parfois à lui prodiguer silencieusement des conseils afin qu’il ne tombe pas dans tel ou tel piège tellement gros qu’il est en visible de très loin.
La psychologie des personnages est aussi approfondie que ses univers, et il est véritablement surprenant d’arriver à un tel niveau de relation avec le personnage d’un roman et ce quel que soit son héros, qu’il soit candide et presque enfantin comme ici ou plus rusé mais tout aussi maladroit avec Cugel par exemple.
Un petit divertissement sympathique pour un voyage en train par exemple ou pour quelques heures de calme au frais pendant vos vacances.
Et si vous vous laissez entrainer dans cette histoire et que vous aimez cette façon d’écrire je ne saurais trop vous conseiller de lire les romans consacrés à Cugel (Cugel l’astucieux et Cugel Saga) dont je vous reparlerais un de ces jours.
Par contre il se peut que vous ne trouviez plus ce livre que chez des bouquinistes ou dans des brocantes.

 

Venez réagir sur le forum