Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La malédiction de Nishram – Episode 14

L’attente interminable

Loart chevauchait sous les arbres,  il avait ordonné à Argan de faire fouiller et détrousser les cadavres mais il savait pertinemment que Gerrit n’était pas du genre à avoir laissé des choses intéressantes derrière lui. Il sourit en pensant qu’il se rapprochait de lui et son index ne pu s’empêcher de passer sur la cicatrice qui barrait sa gorge et qui lui rappelait une bien mauvaise nuit, où son commanditaire l’avait une fois de plus mal renseigné, à croire qu’il était abonné à des commanditaires incompétent. Il se gratta la tempe et se promit qu’une fois réglé son histoire avec ce petit homme insignifiant, il prendrait ses aises et s’installerait quelque part où il ferait faire le sale boulot par d’autres. Il arrêta son cheval et appela Orgul à ses côtés, l’orque plus trapu à la peau couverte de scarifications et de tatouages s’approcha de Loart sur son cheval, sa main gauche tenant fermement son bâton où pendait de nombreuses petites bourses et divers objets.

– Orgul, j’ai besoin que tu me trouves un chemin plus court que le leur pour rejoindre le pied de la montagne avant eux. De préférence suffisamment loin de leur propre route, et sans dangers insurmontable par cette bande de bras cassés.
– Seigneur Loart pour ce faire je dois mettre pieds à terre et je risquerais de vous faire perdre un temps précieux, programmons le rituel pour ce soir si vous le voulez bien ? En attendant je peux tenter de suivre à distance la caravane qui nous précède au cas où nous devions continuer à découvert ?
– Voilà une bonne idée mon vieil ami, tu as toujours des propositions qui ne manquent jamais d’intelligence, fait donc comme tu me l’indiques et reprenons la route nous avons probablement encore un long chemin à accomplir.
– Bien Seigneur Loart.

L’orque s’inclina sur sa monture dans un salut et reprit sa place dans le groupe de cavaliers.
Il prit une des petites poches pendue à son bâton, et en sortit un petit globe oculaire du bout de ses doigts griffus. Plantant le globe oculaire sur l’ongle de son index droit il articula des paroles gutturales le globe se mit à rougeoyer puis il se détacha de l’ongle et se mit à léviter devant le visage du shaman. L’œil devint translucide et se mit à grossir puis il se mit à léviter et traversa la cime des arbres en direction présumée de la caravane les précédant, l’orque dodelinait de la tête semblant être pris dans une transe les yeux révulsés la blancheur de ceux ci contrastant terriblement avec la couleur sombre de sa peaux.
Loart qui connaissait le sortilège employé fit ralentir ses hommes afin de  ne pas brusquer le shaman concentré dans sa transe et qui il le savait allait par moment donner des informations sur l’avancée de ceux qu’ils poursuivaient.
Tout semblait se passer comme il l’avait déjà observé Orgul par moment donnant de précieuses indications au groupe qui n’avait finalement plus qu’à suivre ceux ci en lieu et place des traces laissées par la caravane les précédant.

Lazareus utilisant toujours son sortilège magique ne trouvait plus rien à surveiller à l’avant poste où se trouvait déjà Illuël, c’est pourquoi ne voulant pas gâcher celui ci et songeant à l’attaque qu’ils avaient eu à déplorer en ville avant le départ le fit revenir vers la caravane, persuadé que les brigands rencontrés dans la forêt avaient quelque chose à voir avec toute cette affaire il commença par surveiller les flancs, et ce n’est que lorsque le sortilège était sur le point de se dématérialiser qu’il se rendit compte qu’un sort presque similaire se trouvait à quelques distances derrière eux. Simulant une fausse confiance en lui, il fit disparaître son propre sort et se penchant sur la bride de son cheval afin de cacher ses mains il fit des gestes rapides avec ses doigts murmurant quelques paroles alors que retournant sa main gauche paume vers le ciel il vit apparaître l’information qu’il attendait dans un symbole de couleur vert relativement foncé, et semblant représenter un animal courbé s’appuyant sur un bâton. Laissant le sortilège disparaître il partit rejoindre Gerrit afin de lui parler de ce qu’il avait vu, celui ci occupé à regarder le soleil en train de décliner était en grande conversation avec Dunrad ne s’entendant pas quand au moment de cesser d’avancer afin de trouver un endroit convenable pour s’installer au moins pour la nuit.
Lazareus s’approcha assez furtivement, et lorsqu’il fut à portée de son sort il posa un index sur ses lèvres comme pour demander le silence tout en enveloppant dans un mouvement rapide du poignet Gerrit et lui même dans un geste qui fit apparaître une trainée lumineuse avant de la remplacer par une zone sombre les entourant tous les deux. Dunrad qui venait de voir la scène continuait à vanter les mérites de continuer jusqu’à la nuit tombée, mais n’entendant plus Gerrit il s’arrêta bientôt de parler jugeant qu’il n’était pas raisonnable de perdre son temps à donner des arguments alors qu’on ne donnait plus signe indiquant qu’on l’entendait encore lui aussi, et bougon, il croisa les bras sur sa poitrine, avant de se souvenir qu’il avait encore une petite flasque d’alcool de gnome dans une poche de sa tenue qu’il entreprit de retrouver séance tenante.

– Gerrit nous avons un problème
– Oui nous nous trouvons dans une zone sombre dans laquelle je peux parfaitement voir, et je n’entends plus notre petit ami qui pourtant se trouve très près de moi…
– Non je nous ai entourés de ces sorts afin de discuter sans que l’on puisse nous observer.
– Et pourquoi donc, tu penses que certaines personnes de la caravane sont des menaces ?
– Pas dans la caravane, mais il semble qu’on nous suive, et tout ce que je peux dire c’est que celui qui nous a lancé un sort pour nous observer et nous surveiller est un magicien proche de la nature, peut être sauvage, quelque chose qui se rapprocherait plus d’un shaman qu’autre chose, bien que je sois incapable de te donner ni sa race, ni ses réelles compétences, je sais par contre que la magie employée est une magie rustique et presque animale.
– Tu penses que ce peut être un peau verte ou quelque chose dans le genre ?
– J’en ai bien l’impression en effet, mais je ne sais pas quoi faire, nous avons un avantage désormais c’est que nous savons que nous sommes suivis et surveillés.
– Peux-tu blesser ce sorcier ou ce shaman à distance au travers de son propre sort ?
– Je n’en ai pas les compétences malheureusement, peut être que ton compagnon magicien en est capable par contre. Désires tu que je l’invite dans notre zone sécurisée ?
– Uniquement si ça ne peux pas attirer l’attention de celui qui nous suit.
– C’est tout simplement impossible, en effet une illusion visuelle fait que pour le sort que j’ai identifié, nous ne sommes qu’en train de chevaucher côte à côte.
– Alors invite moi Kilsham que nous puissions voir ce qu’il est capable de faire pour cette affaire.

Lazareus dessina les contours d’un petit morceau de parchemin qui prit forme, se matérialisa, brilla et disparu dans un flash puissant.
Kilsham le nez dans un de ces livres de sorts vit le parchemin apparaître sous ses yeux et dans un mouvement de surprise faillit basculer de cheval. Sur le papier Lazareus l’invitait à les rejoindre dans la zone sombre qui l’entourait lui et Gerrit. Levant le regard il chercha la fameuse zone et la découvrant rapidement il s’en rapprocha jusqu’à y entrer, ce n’est qu’à cet instant que la voix de Lazareus lui parvint.

– Kilsham es tu capable de nous rendre un petit service magique ?
– Heu pardon, je ne suis pas sur de bien saisir ce qu’il se passe ici, et pourquoi avoir crée cette zone autour de vos chevaux ?
– Kilsham intervint Gerrit, nous sommes surveillés, et il se peut que ce soit un peau verte et qu’il soit du genre shaman ou sorcier de tribus, mais il se trouve aussi que Lazareus ici présent ne peut le toucher et le blesser au travers de son propre sort, en es tu capable ?
– Si on me montre le sort en question, je pourrais peut être vous répondre, mais dans l’immédiat je dirais que je ne suis pas plus capable que ça de faire ce que vous me demandez…

Lazareus pointa le globe qui rendait les choses derrière lui légèrement flous et lui expliqua ce que son sort de détection lui avait indiqué.

– Oh je vois, voilà un petit curieux qui mérite une leçon je crois. Mais par contre puis je vous conseiller de vous préparer à bifurquer et à changer totalement de direction une fois le sort exécuté, en effet ceux qui sont à l’autre bout risquent d’être relativement fâchés je pense. Bien que je ne sois pas capable de le tuer, il va regretter de s’être levé ce matin j’en suis persuadé.
– Lazareus ? Demanda Gerrit, une fois le sortilège disparu je désire que tu me permettes d’être entendu de tous rapidement afin de leur indiquer dans quelle direction nous allons aller pour  brouiller les pistes, peux tu déjà me mettre en contact avec Illuël afin qu’il commence à changer de direction ?

Lazareus refit les gestes pour créer un parchemin magique, mais il termina son incantation en demandant à Gerrit de parler au parchemin, puis lorsque le sort fut préparé il le fit disparaître et l’envoya à son destinataire.

Illuël vit apparaître sur la selle de son cheval un parchemin et la voix de Gerrit en sortit.

– Illuël nous sommes suivis, nous bifurquons à l’Est d’ici quelques instants, peux tu commencer à essayer de changer ta direction pour nous rejoindre, de toute façon nous n’allons pas tarder à dresser le campement et je désire que tu nous rejoignes aussi vite que possible sans revenir sur tes pas, nous ne savons pas dans quelle mesure nous sommes suivis ou surveillés.

Le ranger arrêta son cheval et lui flattant l’encolure tira sur les rennes pour le faire tourner dans la direction indiquée par Gerrit, la plaine semblait terriblement morne et plate, mais à une distance raisonnable il avisa un bosquet d’arbres qui pouvaient leur apporter un abri confortable et surtout les protéger des animaux sauvages si tant est que le bosquet en soit dépourvu.

Kilsham sortit une pincée d’une poudre terriblement odorante et rouge carmin, puis incantant il se retourna en visant le globe flou et ouvrant les doigts il souffla sur la poussière qui se transforma en une langue de feu qui partit en direction du globe qu’il avala et qu’il fit disparaître dans un cri inhumain et horrible de souffrance et de surprise.

Orgul ouvrit les yeux alors que la bouche ouverte il hurla à la fois de surprise et de douleur, Loart éperonna son cheval pour se ramener au niveau du shaman, et attrapa les brides de son cheval afin d’éviter que celui ci ne parte au galop.

– Orgul, comment vas tu, Orgul, est ce que tu m’entends ?

Loart attrapa l’orque et le tournant vers lui il lui décocha un revers de la main comme pour le réveiller, c’est à cet instant qu’il vit dans les yeux de celui ci les flammes qui semblaient habiter son âme et vouloir sortir par ses orbites. Se rendant compte que le shaman était en plein combat contre un sortilège qui l’attaquait de l’intérieur, il fit stopper ses hommes et fit installer le campement de manière rapide et désordonné. Puis il fit installer le shaman dans une tente et le fit surveiller afin d’éviter qu’il ne se fasse du mal ou qu’il fasse du mal à quelqu’un d’autre de leur entourage dans une crise de folie passagère.
Jurant il s’adressa à la dernière direction que le shaman leur avait indiqué comme si sa voix pouvait porter jusqu’à Gerrit.

– Satané humain, tu ne perds rien pour attendre, je peux t’assurer qu’avant que nous ayons tous franchis les montagnes je t’aurais rattrapé et crois moi, nous aurons réglé nos comptes tous les deux !

Venez réagir sur le forum