Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La malédiction de Nishram – Episode 15

La naissance du mal

A cette époque, la magie était connue, pratiquée, mais la vraie magie, la magie puissante était entre les mains d’une poignée de personnes. Ces hommes et ces femmes vivaient en vase clos, n’acceptant comme membres que des êtres exceptionnels ayant fait la preuve de pouvoirs magiques puissants et de talents particuliers. Ils avaient grâce à leur pouvoir construit une cité du nom de Spiralia, dans laquelle ils s’adonnaient à leurs recherches sur les domaines de la magie, ainsi que sur la connaissance, leur puissance était telle que jamais ils n’eurent à subir de siège ou à être la cible d’adversaires. Ils accumulaient richesses, connaissances et gloire, car dans tous les royaumes, ceux qui avaient les moyens faisaient appel à eux pour régler leurs petits différents territoriaux ou leurs conflits armés.
Au sein de cette communauté, vivait un homme du nom d’Aristin Sercator dont l’ambition était sans limite, il était l’un des découvreurs de nombreux secrets de la magie, et convoitait le trône de la cité de Spiralia qui était détenu par le doyen des mages de la congrégation tel que l’en avait décidé le conseil des sages à la construction de la cité. Mais il désirait que cette règle ne change à son profit et qu’il puisse enfin faire évoluer ce qu’il estimait être la plus puissante force magique au monde dans le sens de ses ambitions personnelles souhaitant laisser au travers des âges la trace de son nom et de son œuvre.
Or il advint qu’un matin de printemps, ayant trop longtemps attendu son heure Aristin Sercator décida qu’il devait utiliser ses incommensurables pouvoir pour évincer ceux qui l’empêchait d’atteindre le trône et le pouvoir, non pas le pouvoir magique qu’il possédait déjà, mais le pouvoir de décision, de commandement.
Ce matin là…

– Seigneur Sercator, le doyen désire s’entretenir avec vous à propos de votre implication dans la chute du royaume du roi Apolius. Il vous demande de le rejoindre dans la salle des secrets afin que votre entretien reste confidentiel mais il exige de savoir quelles étaient les termes du marché qui vous a lié à cette histoire.
– Dis au doyen que je l’y rejoindrais mais que pour l’heure j’ai encore une expérience à terminer, ne vois tu pas que ce sang de dragon risque de bouillir si je ne suis pas parfaitement concentré à ce que je fais, aller va t’en maintenant, et n’oublie pas, j’irais mais je dois terminer ici quelques préparations concernant une possible découverte dont je donnerais la primeur au doyen.

Le jeune messager jeta un regard apeuré à la fiole que le magicien avait désigné comme du sang de dragon, et sorti en trombe sans demander son reste, ne s’arrêtant que lorsqu’il estima que si le sang bouillait et explosait il ne subirait plus de dégâts du à l’explosion.
Sercator souriait, arrêtant la potion qui frémissait sur son alambic, et traçant quelques runes complexes ouvrit un pan de mur dans son laboratoire qui donnait sur un passage ténébreux au fond duquel une lumière vacillante indiquait une pièce éclairée par des bougies.
Après avoir vérifié que personne ne pouvait le voir il s’engouffra dans le passage et lorsque les ténèbres l’eurent englouti, le passage se referma.

Il s’approcha d’une petite table toute simple sur laquelle reposait une fiole faite d’un cristal très pur qui semblait faire jouer toutes les lumières de la pièce de manière hypnotique. Il la prit et la rangea dans une poche intérieure de sa robe de mage, enfin aujourd’hui il allait avoir l’occasion de mener son plan à exécution, il ne se rappelait plus depuis combien de temps il s’y était préparé, peut être depuis que dans les ruines d’ARK-SOL il avait mis la main sur un très vieux grimoire, plus ancien que ce qu’il avait eu dans les mains de toute sa vie, et qui contenait divers enchantements et potions extrêmement complexes mais aussi terriblement puissants. Il lui avait fallu près de 6 longs mois pour réussir la décoction qui se trouvait dans la fiole, mais le jeu en valait la chandelle. Il s’approcha du grimoire et relu une dernière fois les dernières choses à accomplir, puis lorsqu’il eu terminé de mémoriser les instructions, il referma le livre et souffla les bougies de la pièce se retrouvant dans le noir profond.

– Lumicorpus

Une douce lumière ambrée entoura le corps du magicien, qui se rendit vers l’alcôve qui menait sur la pièce principale de son laboratoire, arrivé devant le mur et avant de l’ouvrir, il s’arrêta et incanta à nouveau.

– Oculasoli

Devant son regard le mur disparu lui permettant de regarder son laboratoire comme si la pierre n’existait pas, et n’avait jamais existée. Il observa quelques secondes cherchant le moindre mouvement ou la moindre présence étrangère, et lorsqu’il fut rassuré, il retraça dans les airs les runes complexes qu’il avait faites pour ouvrir le passage. Puis il sortit de l’ombre, et se rendit d’un pas assuré, et calme vers la salle des secrets afin d’y rencontrer le doyen et peut être enfin en cette belle journée ensoleillée, de commencer à accomplir sa très haute destinée.

Il saluait tous les mages de la communauté qu’il croisait tout en les jugeant intérieurement.

– Toi trop amoureux de la vie, toi trop incompétent, toi tu seras dans ma garde proche, toi je te ferais écarteler ou bouillir peut être, toi tu es insignifiant mais je ne peux pas me permettre d’en perdre trop, toi tu ne seras jamais mis dans le secret tu es trop imbibé d’alcool.

A mesure qu’il se rapprochait de la salle des secret Aristin se rendit compte qu’il allait avoir de grandes difficultés à faire appliquer sa politique, mais que même si la communauté se trouvait quelque peu amputée de quelques membres, vu ce qu’il avait prévu pour recruter de nouveaux membres, il n’y aurait pas de problème à renouveler tous ces vieux rabat-joie par du sang neuf.
Aux portes de la salle des secrets les deux mages qui gardaient celle ci le saluèrent et s’écartèrent devant ses pas lui indiquant que le Doyen était déjà présent et qu’il attendait sa venue avec impatience.
Les saluant en retour il s’approcha de la porte et levant la main dans un signe de paix celle ci s’ouvrit dans un bruissement à peine audible les lourdes portes en bois pivotant avec facilité pour lui laisser le passage.
Regardant le fronton du bâtiment il ne pu réprimer une sourire et s’enfonça sous l’arche de pierre qui portait la mention.
« Amis en ces lieux seul ceux qui sont avec toi peuvent partager tes secrets, et jamais personne ne saura ce qui aura été échangé ici. »

Aristin s’arrêta devant la grille qui fermait une pièce de laquelle une douce lumière rosée émanait. Les lourdes portes se refermèrent puis la grille se releva afin de le laisser passer, et lorsqu’il eu fait les quelques pas qui le menèrent dans la pièce celle ci s’abaissa à nouveau le laissant seul dans le silence de la pièce qui n’était meublée que de quelques chaises et bancs et où une silhouette courbée dans un des angles semblait être la seule vie présente.

– Bonjour Aristin je t’attendais, le doyen s’approcha de lui les bras grand ouverts dans un mouvement d’accolade.

Aristin le prit dans ses propres bras, et tandis qu’ils se donnaient l’accolade, la fiole se retrouva débouchée dans sa main, et de la pointe de ses doigts il coupa quelques cheveux du doyen qui tombèrent dans la fiole avec une incantation silencieuse. Puis la fiole redisparu aussi vite qu’elle était apparue.

– Comme tu le sais mon cher Aristin, nous avons des problèmes dans la communauté, certains se plaignent de ton comportement, mais là n’est pas la question aujourd’hui.
– Si là est toute la question au contraire, sais tu depuis combien de temps je suis membre de la communauté ? Certains de ces personnes qui me dénigrent n’étaient même pas nés ! Je suis une pièce essentielle ici, et pourtant il semble que tu fasses plus cas de ce qu’ils ont à dire que moi.
– Tu es injuste Aristin, je ne prends pas position dans ces rapports conflictuels, mais force est de reconnaître que certains d’entre eux m’ont rapportés des fait, et que les preuves sont contre toi, ce grimoire qui a disparu, je sais que tu m’as déjà juré que tu n’y étais pour rien mais hélas aujourd’hui ta parole ne me suffit plus, je dois te demander d’accepter que je te questionne magiquement. Comme tu le sais ce n’est qu’une formalité et tu ne peux t’y soustraire, mais je préférerais tout de même que tu le fasses de bonne grâce.
– Je refuse d’être traité comme un voleur et un criminel. Avant toute chose puis je boire un peu avant de subir ton interrogatoire ?
– Montre-moi ce que tu désires boire, tu sais que je ne peux accepter cette faveur, mais s’il s’avère que la boisson n’est pas interdite, je veux bien te faire cette fleur au nom de notre longue et fructueuse collaboration.

Aristin sortit la fiole en cristal qu’il déboucha devant le doyen. Celui ci l’observa puis avec une agilité surprenante vu son grand âge et sa manière de se tenir il survola plusieurs fois la fiole de ses doigts traçant des symboles complexes qui illuminèrent de plusieurs couleurs différentes le contenu translucide dans lequel rien ne flottait. « Liquidanalys » psalmodia le vieil homme alors que les derniers mouvements de ses doigts semblaient achever leur ballet complexe.

– Je vois que tu n’essayes pas de te soustraire à tes obligations Aristin, je t’autorise à boire cette fiole d’eau.
– Merci grand Doyen, j’accepte l’interrogatoire que tu veux me faire subir.

Puis Aristin porta la fiole à ses lèvres et en bu la totalité du contenu le plus rapidement possible. A mesure qu’il buvait il sentait que son âme et celle du doyen étaient en train de se lier de manière inextricable, et il sentit qu’il avait l’ascendant suffisant pour commander et diriger le corps et l’esprit de l’homme qui se trouvait en face, après quelques essais infructueux qui ressemblaient aux tâtonnements d’un enfant qui commence tout juste à marcher, il réussit à faire agir le doyen et lui faire lancer des sorts de manière convenable.
La concentration nécessaire pour diriger le corps et l’esprit du doyen était finalement très légère comme l’avait indiquée le grimoire dans lequel il avait trouvé la formule.
Seulement deux heures après le début de l’entretien il était capable de continuer d’agir normalement tout en ayant un contrôle total et profond sur le Doyen.

– Voyez vous Doyen il y a des choses que même vous n’avez pas connaissance, et ces choses seront votre perte, mais surtout elles seront le renouveau de notre communauté, nous serons ainsi plus puissants et plus influent que nous ne l’avons jamais été. J’aimerais tant que vous puissiez vous rendre compte de ma victoire lorsqu’enfin nous aurons atteint mes objectifs mais il semble que votre âme soit en repos pour une très longue durée qui pourrait s’avérer être une éternité…

Aristin laissa échapper un rire sardonique, il devait se méfier pendant quelque temps afin de vérifier son total contrôle sur le Doyen, de même qu’il ne devait pas donner la puce à l’oreille des membres de la communauté par un changement trop rapide et radical de politique pour aller dans son sens, mais Aristin connaissait la subtilité, et la diplomatie, il savait comment faire bouger les choses pour lui et allait justement commencer aujourd’hui même.

Il s’approcha de la grille qui se releva et comme le rituel le voulait il sortit entre la grille et la porte attendant que la première se ferme pour que s’ouvre la seconde. Il sortit le premier comme il était de tradition de le faire, saluant à nouveau les mages qui gardaient la salle et repartit d’un bon pied en direction de sa demeure, sur le chemin il ressentit le Doyen sortant de la pièce et se rendant à celle du conseil où les autres vénérables l’attendaient pour faire un point sur les révélations que venait de faire Aristin dans la salle des secrets.

Le doyen de son pas mal assuré et trainant sortit de la pièce et claudiqua jusqu’au conseil semblant presque pressé, arrivé à celui ci il salua les autres membres et s’installa à la place qui lui était dévolue.

– Mes chers amis, j’ai eu une discussion avec Aristin dans la salle des secrets.

Des murmures et des commentaires fusèrent entre les membres du conseil étonnés.

– Vous n’êtes pas sans savoir que certains d’entre vous ici présent l’ont accusé de bien vils méfaits et du vol d’un précieux et très ancien grimoire trouvé dans les ruines d’ARK-SOL, je peux vous assurer en ma qualité de Doyen de cette communauté que ces accusations sont non fondées, je souhaiterais que les accusateurs fassent publiquement leurs excuses à notre bien dévoué membre et je désirerais qu’en compensation des graves préjudices à son honneur résultant de cette affaire il devienne un membre permanent de ce conseil. Vous savez que je ne vous demanderais pas tout cela si je n’étais sur qu’Aristin est un membre honorable de notre communauté, et je m’en remets à vos votes éclairés pour cette requête.

Lorsque le conseil vota un homme chez lui devant son alambic dans lequel bouillait à nouveau un liquide carmin, et lorsque le résultat fut annoncé au Doyen, un sourire immense envahit son visage, maintenant qu’il était membre du conseil il pourrait enfin commencer son travail de fond et rénover cette institution pour en faire ce qu’elle aurait toujours du être, et il lui faudrait aussi désormais trouver le nécessaire pour la suite de son plan ce qui risquait d’être long et difficile…

Venez réagir sur le forum