Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La télé réalité confrontée à la réalité tout court

Voilà un coup terrible asséné à la télé réalité en général et plus particulièrement dans ce cas particulier à la société Glem qui a en charge la totalité des télé réalités de TF1, puisque trois participants de « l’ile de la tentation » viennent d’obtenir une décision de justice qui va faire jurisprudence et qui risque de couter cher, très cher à cette manière de faire de la télé en utilisant de l’humain sans avoir la moindre considération pour le « travail » qu’il fait dans le programme.
En fait après une plainte aux Prud’hommes en 2003 pour travail dissimulé Jérémie Assous un jeune avocat de 30 ans a obtenu une reconnaissance par le tribunal de cet état de fait, et après un appel de Glem celle ci vient d’être encore plus lourdement condamnée les contrats de participation des 3 candidats ayant portés l’affaire aux Prud’hommes ayant été requalifiés en CDI, ce n’est pas moins de 27 000€ que va devoir acquitter la société de production en lieu et place des 1525€ originellement stipulées sur le contrat.

L’idée est de dire que les candidats fournissent un travail basé sur les trois éléments qui constituent un travail:
Une prestation de travail, une rémunération et un lien de subordination
La rémunération existe puisque les candidats touchent ces fameux 1525€ à titre de dédommagement, puisque le tournage les éloigne pendant plusieurs jours de leur domicile et les empêche d’avoir une activité salarié autre.
La prestation de travail a été démontrée par l’avocat, puisque les candidats se doivent d’être disponible 24h/24, qu’ils n’ont pas le droit de faire quoi que ce soit en dehors du lieu du tournage qu’ils ne doivent d’ailleurs pas quitter, et qu’ils doivent se plier aux exigences du producteur à savoir participer aux excursions, faire les interviews, etc…
Quand au lien de subordination, c’est justement le lien qui les unit au producteur qui peut leur demande n’importe quoi et qui a les moyens de les exclure, et qui a donc un ascendant sur eux.

Bien sur pour « l’ile de la tentation » on pourrait se dire que des candidats payés 1525€ pour une dizaine de jour, qui doivent draguer et peut être même coucher avec les participants du jeu c’est loin d’être le plus mortel des boulots, mais il n’empêche que la notion de plaisir n’est pas incompatible avec le travail.
Toujours est il que les candidats ont obtenus donc le paiement des heures supplémentaires, diverses indemnités et surtout 16 000€ en particulier pour travail dissimulé, ce qui ouvre une brève, que dis je, une faille énorme dans toutes les télés réalités ayant eu lieu à l’heure d’aujourd’hui et n’ayant pas pris le soin d’établir de véritables contrats de travail avec leurs candidats, ce qui représente plus de mille personnes à la louche si on prend toutes les télés réalités ayant eu lieu depuis le premier « Loft Story ».
Alors est ce que ce jugement risque de sonner le glas de la télé réalité en France? C’est possible, en effet imaginez vous que les candidats signent un contrat de travail véritable, seront ils obligés d’être à la disposition du producteur 24h/24 ou bien devront ils uniquement fournir une présence le temps de la durée légale du travail, imaginez vous une télé réalité d’enfermement ou les caméras ne marcheraient que 8 heures par jour… Finis les prises nocturnes à la recherche de sensationnel, fini aussi la scénarisation à outrance par un producteur dirigiste…

Voilà que c’est sur un terrain où l’on n’attendait certainement pas d’attaques que la télé réalité risque sa vie et sa présence sur nos écrans, allons nous être réduits à nous voir diffuser des programmes étrangers en lieu et place de programmes réalisés en France?
Même si Glem se pourvoit en cassation, cette décision de justice va faire beaucoup trembler les sociétés de production et calmer les ardeurs de certaines, maintenant toutes les télés réalités ne sont peut être pas sujettes à obtenir les mêmes choses que ce que cette décision de justice a tranchée, mais si les plaintes arrivent en nombre de la part d’anciens candidats ces sociétés devront partager avec leurs anciennes marionnettes les bénéfices de leurs prestations, et ça c’est une bonne chose pour eux, car il faut le reconnaitre la réussite d’un programme est le plus souvent le fait de certains des participants, il n’était pas normal qu’ils n’en tirent pas un bénéfice particulier.
Enfin même si ça change la manière de faire de la télé réalité, on peut être quasiment sur que ça ne supprimera pas ces programmes de nos antennes, au pire les sociétés de production échaudés feront signer des contrats bétons à leurs candidats, le seul problème qu’elles auront sera de trouver des candidats qui accepteront ces conditions, mais cela sera t’il un réel problème finalement…

Venez réagir sur le forum