Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La violence est elle sexuée?

Hier le 25 Novembre c’était la Journée Internationale de Lutte contre les Violences faites aux Femmes.
Toute la journée nous avons eu droit à diverses informations et reportages tous plus larmoyants les uns que les autres sur ce problème de société.
Sauf que je crois qu’on le prend par le mauvais côté du manche si je puis dire.

En effet même si la violence faite aux femmes est probablement injustifiable dans la majorité des cas, qu’en est-il de la violence faite aux enfants? Et j’irais même jusqu’à dire faite aux hommes?
N’y a-t-il donc dans nos sociétés que des mâles brutaux pour mettre des trempes à leurs femmes?
Non bien sûr que non, la société n’est plus aussi facilement segmentable que l’on pouvait le croire il y a de cela quelques décennies.

Et c’est bien ce qui me chagrine dans cette journée. On occulte (sciemment) toutes les autres formes de violence pour se concentrer sur celle-ci.
Est-elle plus horrible, plus inhumaine, plus dégueulasse? Je ne pense pas pouvoir en juger, ce que je sais par contre c’est que l’inverse est aussi quelque chose d’anormal.
Mais combien d’hommes peuvent porter plainte sans risquer de ne pas être crus? Combien meurent chaque année de la faute d’une femme violente? Peut-être ne sont-ils comptés que dans les chiens écrasés des journaux sous les "coups de sang" ou "drame familial".

On souhaite que la femme ne soit plus sclérosée dans une situation difficile, on met en place des structures pour l’aider et tout ceci est parfait, mais dans le même temps ne faudrait-il pas faire la même chose pour les hommes?
Alors on me dira que surement le nombre d’hommes qui meurent sous les coups d’une femme sont moindres. Mais la violence psychologique aussi existe et elle tue tout autant mais différemment.
A quand une grande enquête sociologique qui pourrait mettre en exergue les suicides, les drames et faire un chiffrage complet des éventuels morts (hommes ou femmes) qui le sont par de la violence. Voilà un vrai sujet d’études qui ne mettrait pas les "faibles femmes" d’un côté et les "méchants violents maris" de l’autre.

Commentaires

  1. je vais faire du cliché : la violence physique est dans les gènes des hommes et la violence morale est dans les gènes des femmes et des gens de pouvoir !

  2. Je crois que la société a bien évolué, et que la violence physique n’est plus l’apanage des hommes.
    Je pense aussi que c’est un sujet toujours tabou, peut être même que pour les hommes « victimes » de violence c’est une atteinte à leur masculinité qui fait que ça ne doit pas se savoir, mais j’ai l’intime conviction qu’il y a beaucoup plus d’hommes battus que l’on n’imagine.

  3. Personnellement, je ne pense pas que l’on peut traiter de la même manière un homme battu et une femme battu. l’homme reste supérieur, dans la majorité des cas, au niveau physique aux femmes. une femme battu ne tape pas son mari car elle va ramasser encore plus, un homme battu ne tape pas sa femme, car en majorité soit il ne tape pas les femmes ( d’un point de vu morale), soit il accepte la domination de sa femme et cela ne doit pas lui déplaire autant que ça. Il a toujours la possibilité de prendre ses affaires et de partir (il reste le plus fort physiquement).

  4. Je pense qu’il faut regarder l’évolution de la société, et je crois bien que l’homme n’est plus physiquement supérieur à la femme. On parle bien sûr de généralité ici. Clairement les choses ont changées, et nombre de femmes ne sont pas incapables de se défendre ou de faire du mal à un homme. Là où je te rejoins et où les structures qui existent pour les femmes ont une réelle valeur c’est sur l’aide aux femmes pour pouvoir s’en aller. En effet malgré l’évolution de la société il est clair que même de nos jours nombre de femmes sont tributaires de leur mari et cette dépendance les empêche de prendre leurs affaires et de s’en aller avec leurs enfants en cas de violences.
    De ce point de vue là en effet les hommes n’ont pas ce genre de problème je crois.