Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Les grèves étudiantes

Voilà un sujet d’actualité plutôt brulant alors qu’aujourd’hui de nombreux étudiants faisaient grève et manifestaient dans les rues souvent sans mot d’ordre étant donné que le premier ministre avait répondu favorablement aux demandes des syndicats sur la réforme des Lycées en acceptant qu’elle soit revue et rediscutée avec tout le monde dans son entièreté.
Mais alors pourquoi donc ont ils été si nombreux? Surement un problème d’organisation en partie, mais surtout parce que je crois que statistiquement on observe le manque flagrant d’implication de ces mêmes jeunes dans un mouvement pour défendre des idées pour au contraire répondre à des mauvaises raisons de grève.

Attention je ne dis pas que tous sont des gros branleurs faignasses qui sont bien content de faire sauter quelques heures de cours, mais comme je l’ai été moi même dans mon temps plus qu’à mon tour je crois qu’une grande part l’est quand même en effet… Et je serais surpris de savoir les chiffres de ceux qui se sont engagés aujourd’hui pour des idées ou en suivant tel ou tel syndicat ou mouvement.
Et ceux qui sont venus de leur propre chef à titre individuel pour heu… pour quoi d’ailleurs? Il semble que les médias ne soient pas allés très loin pour trouver des jeunes qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient là ou presque…
Je citerais un seul de ces jeunes gens plus ou moins texto qui annonçait:
« Jeune – Non mais faut qu’ils retirent la réforme complètement.
Journaliste – Vous ne pensez pas qu’il faut une réforme même différente, mais qu’il faut réformer le Lycée?
Jeune – Non pas de réforme, on ne veut pas qu’ils touchent au Lycée, qu’ils nous laissent tranquilles… »

Que dire ma foi devant une telle détermination n’est ce pas? Bon trêve de plaisanterie, le problème des étudiants de tout poil c’est que lorsqu’ils font grève les conséquences sont mineures et là encore je suis bien placé…
En effet les années de grosses grèves je ne dirais pas que les diplômes sont au rabais, mais souvent ils portent tout de même sur un programme réduit, et souvent des consignes de clémence semblent exister tant on peut avoir des surprises.
Parce qu’un employé qui fait grève, lui on le sait il est pénalisé, il perd une partie de son salaire, alors forcément ça ne peut pas durer éternellement et quand ça dure c’est souvent le signe que c’est quelque chose d’important, de vital, que ce soit au niveau idéologique ou pas d’ailleurs.
Alors qu’un jeune ça peut bien faire 6 mois de grève après tout quelles sont les conséquences? Et quand bien même on les punirait, quand bien même ils échoueraient à leurs diplômes de toute façon vu qu’on n’arrête pas de leur dire qu’il n’y a pas de boulot, qu’ils n’arriveront à rien que voulez vous ça ne motive pas des masses non plus.
Et puis soyons réalistes quelques instants niveau manipulation, les jeunes sont tout de même facilement influençables, il suffit souvent d’un peu de désinformation et vous les mettez dans la rue sans vrai raison, je me souviens de certains jeunes un peu plus politisés qui distribuaient des tracts tout sauf exacts et qui faisaient monter la sauce de ces grèves auxquelles j’ai participé.

Remarquez bien que je ne vise rien ni personne, tout le monde fait pareil, pas de clivage droite gauche dans les manœuvres les plus viles tout le monde pratique et appelle ça la politique. Après tout ça fait plus sérieux tout de même.
Bref une population en nombre important, facilement influençable là encore ne vous méprenez pas je ne traite pas les jeunes de débiles profonds, mais il existe diverses manières de les impliquer, certains n’attendent que ça pour faire péter les cours et ne pas aller au Lycée, certains se retrouvent dans des idées ou des mouvements et d’autres croient voir une contestation valable et participent.
Et qui ne craint pas de s’enfoncer dans un conflit durable. Franchement je n’avais jamais fait attention à ça mais c’est de la dynamite en barre, bon et alors maintenant quelle sera la force de proposition de cette nouvelle force? Parce que je crois que de nombreux étudiants ont des idées et s’ils participaient à ces nouvelles discussions à propos de cette réforme?
En tout cas j’aurais au moins découvert que cette population n’est pas étouffable comme d’autres peuvent l’être faisant que les conflits sociaux ne sont que rarement dans la durée.

Venez réagir sur le forum