Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Marre d’être pris pour des vaches à lait…

Sur iTélé ce midi était invité un homme Nicolas Seydoux pour commenter l’amendement passé cette nuit dans un hémicycle quasi vide.
Voici l’amendement
Cet amendement légalise les échanges de fichiers.
Bon il a été pris à 30 voix contre 28 (soit 58 votant) sur 550 députés…
Mais il a le mérite de faire couler de l’encre sur ce sujet.

Qui est ce Nicolas Seydoux?
C’est le président de Gaumont et il est avec l’Alpa (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle) engagé dans une lutte acharné contre le piratage.

Quelle surprise de le voir dire des choses totalement partiales et fausses sur le plateau sans que le journaliste ne tique.
Puisque c’est ainsi c’est moi qui m’y colle….

Mr Seydoux parle de ce que l’amendement va à terme condamner les chaines payantes et les bouquets à péages.
On parle bien d’un amendement qui vise à légaliser dans un cadre strict le téléchargement des fichiers sur internet.
Que je sache une chaine ou un bouquet payant, l’est payant car il offre des services et des programmes spécifiques méritant un paiement pour en profiter.
Il n’est pas possible par exemple de profiter d’un match de sport en direct grâce au p2p.
Ou un concert, ou même n’importe quelle cérémonie ou émission en direct.
Bref je ne vois pas en quoi il y a un rapport entre les deux sur ce point particulier.

Mr Seydoux refuse totalement cet amendement en indiquant qu’il est du droit de l’auteur de faire ce qu’il souhaite de ses œuvres.
Mais alors que dois je comprendre moi gentil particulier, quand d’un côté lorsqu’un artiste souhaite offrir gratuitement des œuvres particulières, sa maison de disque ou autre lui interdit.
Et là où le p2p spolie l’artiste et lui retire ses droits???
Nombre d’exemples connus existent d’artistes ayant souhaités partager un peu de leurs œuvres avec leur public se sont vus menacés et où punis pour ce genre de comportement.
On peut cite entre autre les smashing pumpkins ou d’autres.
Donc quand il s’agit de faire culpabiliser les gens ont leurs dit que les pauvres auteurs n’ont jamais acceptés que leurs œuvres soient diffusés, et quand ces mêmes artistes le souhaite ils sont bloqués par le système.

Je propose qu’on définisse où commence le droit de l’artiste et où il se termine afin de bien savoir de l’intérêt de qui on parle dans cette affaire.
Car j’ais l’impression que subrepticement certaines personnes jouent pour leur intérêt propre au mépris même de ceux qu’ils disent défendre…

Mr Seydoux dit que la taxe ne suffira pas à rapporter suffisamment d’argent pour payer la création, et que c’est condamner la création en France.
Il n’a pas dit que le cinéma français est le second en termes de recettes du monde.
Il serait intéressant de voir le nombre d’entrée cette année concernant des films français.
Le problème du p2p ne date pas de cette année mais de quelques années déjà, donc comment peut on dire que ça nuit au cinéma alors qu’il n’a jamais été en aussi bonne forme?
C’est à la fois se moquer du public qui est allé au cinéma et qui a joué le jeu, et c’est aussi traiter avec mépris la création française qui semble avoir fait de belles réussites…

Mr Seydoux se permet de dire je cite "que les députés intelligents ne verront pas d’autre solution que de voter contre cet amendement"…
Alors là je crois qu’on touche au sublime sur cette simple phrase.
En plus d’être menaçant cet homme se permet d’être insultant et de sous entendre que ceux qui voteraient le contraire de ses intérêts seraient des crétins?
Je pense que les députés vont devoir donner leurs avis sur un sujet grave qui implique bien plus que des problèmes monétaires de quelques gros groupes.

Il serait temps qu’un débat en France définisse un peu le rôle de chacun et comment rémunérer tous les acteurs de cette industrie sans appliquer forcément une politique de profits qui elle a plus surement que le p2p tendance à tuer dans l’œuf la création pour faire en sorte que les produits culturels soient formatés de manière à pouvoir rapporter le plus de bénéfices possibles…

Venez réagir sur le forum