Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Neverwinter nights 2

 
Fan de la première version de cette série, j’avais essayé il y a quelques mois ce deuxième opus, et j’avais été très déçu, tout d’abord par le fait qu’il ramait à l’époque sur ma machine, et qu’il semblait avoir été programmé avec les pieds… Ce qui était une terrible déception au vu du premier qui était tout de même joli et optimisé.
Et puis un changement de machine après voici que je retente l’aventure et que j’installe enfin le jeu tant convoité. Après plusieurs heures de mise à jour (prévoir ce temps lors de l’installation car il est obligatoire même si vous achetez une version récente du jeu), le premier lancement, et les premières surprises, sur une machine raisonnablement puissante tout roule, le jeu est beau et fluide.
Bien sur les nombreux patchs y sont surement pour quelque chose, de même que le changement de machine qui représente un saut technologique assez conséquent.

C’est donc dans de bonnes conditions que j’ai réinstallé le jeu, que j’ai appliqué les tonnes de patchs et que j’ai enfin lancé le jeu pour l’essayer, et je ne l’ai plus lâché jusqu’à ce que je le termine totalement…
Enfin quand je dis totalement, parlons au moins de l’intrigue principale, même si les différentes cartes ne sont jamais excessivement grandes, et même si le jeu est tout de même assez dirigiste, et que l’on ne manque pas vraiment les différentes choses à faire, les environnements sont tellement variés, les lieux tellement complets et bien modélisés que l’on n’est pas à l’abri d’avoir raté une quête secondaire ou la visite d’un petit bâtiment.
Première constatation, le tutoriel du jeu est clair, ce qui n’est pas le cas de prime abord au niveau du contrôle et de l’interface du jeu, en effet les options sont multiples et la gestion de tout le groupe semble légèrement compliquée, ce qui s’avère en fait assez vrai à l’utilisation, mais rien que quelques heures de jeu ne peuvent améliorer.
Aussi déstabilisant que peut l’être une nouvelle interface pour une suite, il faut reconnaitre qu’une fois pris ses repaires tout roule et tout roule même pas mal, on se prend même à l’apprécier d’autant plus qu’elle est très personnalisable et configurable.

Graphiquement, pour peu que l’on possède une machine puissante et qui permette d’en apprécier toute la richesse, le jeu est très beau, le moteur permet de rendre des paysages de manière beaucoup plus réaliste que le précédent volume, et la modélisation de tout ce beau monde est vraiment très bien faite. On pourra regretter que dans l’ensemble, il existe beaucoup de similitudes entre certains intérieurs ou certains personnages de l’environnement, mais ce serait quand même être pointilleux.
L’ambiance est au rendez vous, les endroits angoissants sont autrement différent des endroits agréables, et le scénario vous mènera dans des environnements vraiment très divers, vous offrant de voir le moteur dans toutes sortes de rendus ne le mettant jamais en défaut.
Au niveau des changements toujours, désormais ce n’est plus un personnage unique suivi d’un mercenaire mais bien d’un groupe dont il s’agit, que vous allez pouvoir gérer et utiliser de manière plus classique, je me rappelle les premiers niveaux de mon personnage dans le numéro un et le fait d’avoir choisi un magicien qui me posait des soucis assez pénible vu la difficulté relative des premiers monstres quand on est seul.
Vous pourrez gérer ce groupe comme bon vous semble, vous aurez maintes fois l’occasion de le manier et le remanier, bien que vous ayez une part d’obligation dans sa composition pour la trame du scénario, vous forçant parfois à sacrifier un personnage important à un autre que vous aimez moins uniquement parce qu’il est essentiel à ce bout de l’histoire.
A propos des personnages toujours, ils ont maintenant des réactions les uns par rapport aux autres et par rapport à vous, et ces réactions auront des conséquences, sans vouloir vous gâcher le scénario, la fin en sera définitivement modifiée suivant comment vous allez gérer leurs histoires, leurs relations, vos relations avec eux, bref on prend aussi plaisir à manager toute la petite troupe sans imaginer la première fois qu’on joue les réelles conséquences de tout ça.
Au niveau bande son pour en terminer sur cet aspect des choses, rien à redire, le jeu est très agréable, bien qu’un léger bug s’est présenté quand à la phrase accompagnant le changement de statu de mon personnage quand il était encombré, mais rien de vraiment trop désagréable.

A propos des bugs justement le jeu s’en tire (avec le recul surement) très bien, et il n’y a pas grand chose à dire, aucun plantage inopiné, aucune erreur de gestion, rien qui ne vienne gâcher le plaisir du jeu, plaisir qui se trouve épaulé par un scénario bien ficelé.
On notera un seul problème gênant dans une des phases du jeu, avec un combat dans une arène extérieure, où parfois le script ne se lançait pas faisant que le scénario ne pouvait continuer et que le jeu se retrouvait figé dans une situation improbable, plusieurs rechargements de la sauvegarde en sont venu à bout, mais notez qu’il vaut mieux attendre qu’une scène soit engagée avant de sauvegarder…
Car tout l’intérêt de ce deuxième volume, tient dans le scénario qui l’accompagne, le reste n’étant finalement que les moyens techniques de le mettre en vie, et sur ce point là les scénaristes ont fait forts.
Le scénario est original, bien conçu, avec des rebondissements, des révélations, tout ça mis en scène de manière à laisser tout de même le joueur libre de ses choix, bien que les différents lieux soient finalement plutôt réduits et que leur visite soit assez dirigée, il n’empêche qu’on ne peut pas rester insensible au personnage principal et à la trame dans laquelle il sera emportée bien à son insu.
Au chapitre des bonnes nouvelles notons la durée de vie très correcte de plusieurs dizaines d’heures de jeu, et le fait que si l’on veut toucher à certaines spécificités comme certaines classes de prestige il faudra probablement recommencer la partie plusieurs fois, ou trouver d’autres scénaris peut être proposés par des internautes grâce aux outils inclus dans le jeu.

Voilà une bien belle surprise pour un jeu sur lequel au départ vu la gourmandise technologique je n’aurais pas parié un centime et qui s’est avéré extrêmement plaisant et que j’ai fait d’une traite, passant plus de temps que je n’aurais du devant lui négligeant le reste.
Autre bonne nouvelle, il vient de ressortir en version budget avec le premier Addon inclus, sachant qu’un autre est en préparation et ne devrait plus tarder à sortir.
Ce premier addon dont je vous parlerais ultérieurement même si il est une suite du premier scénario.

Venez réagir sur le forum