Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Où l’on reparle fessée

J’ai déjà copieusement donné mon avis sur le sujet ici même.
Pour autant le sujet étant relancé, et un projet de loi annoncé ou à l’étude au choix, je voudrais revenir sur ce thème qui semble t’il a le mérite de soulever les foules et l’opinion publique en permettant ainsi d’éviter de parler des vrais sujets qui fâchent…
Alors la fessée c’est le mal, on s’en remet pas, il faut légiférer parce que franchement ça ne va plus… Bon je caricature mais ça me stresse un peu cette manière de s’imposer dans la vie intime et privée. Les lois sont là pour que la société vive correctement et dans les meilleures conditions pour tous.

Qu’il faille protéger les enfants des maltraitances je l’ai déjà exprimé je suis le premier à le souhaiter et à le réclamer! Faut-il considérer une fessée comme une maltraitance? Voilà une bonne question… Qu’est ce qu’une maltraitance déjà? Comment juge-t-on d’une maltraitance? Comment sait-on que telle ou telle personne est victime de maltraitance?
On l’a bien vu par le passé, les indices ou les faisceaux de présomptions doivent être pris avec d’infinies précautions, tant pour diverses raisons ce qu’on pourrait prendre pour de la maltraitance n’en est pas.
Appeler ses enfants des nains, des gremlins, est ce de la discrimination considérée comme de la maltraitance? Non ne riez pas on y vient et on y viendra.

Alors comme je l’ai déjà demandé on fait quoi avec les enfants les plus difficiles? Ceux qui n’écoutent pas, ceux qui font exprès d’affronter l’autorité en permanence. Quand on a un enfant dont la maitresse vous dit qu’elle a tout tenté et qu’elle ne sait plus comment faire.
Que vous même avez fait pareil et que vous ne savez pas gérer non plus mieux qu’elle, vous faites quoi? Parce qu’on peut imaginer qu’elle a eu une formation pour apprendre probablement à gérer les enfants difficiles.
Alors même si vous même pouvez être traité de mauvais parent parce que vous n’y arrivez pas, que faut il penser d’elle qui a toutes les cartes en main pour réussir? Peut être le problème est il du côté de l’enfant.
Alors oui on peut toujours attaquer des traitements, de thérapies, que sais je, à partir de quel âge on peut considérer qu’un enfant est en âge de suivre ce genre de chose sans en être profondément troublé, changé, ou peut être même quelque part traumatisé (au sens d’une marque qui va lui rester).

Et puis si on revient à l’avenir de ces enfants, l’avenir des êtres humains en général. On veut condamner la fessée. Pourtant on le sait même dans les pays où c’est le cas ce n’est pas réellement ça qui se passe puisque les juges ne s’occupent que des vrais cas de maltraitance et évitent de s’occuper des affaire familiales mais passons.
Mais si on regarde ce qui se passe lorsque quelqu’un fait une connerie, lorsqu’il est adolescent ou adulte. On le fait passer devant un juge, et si on le juge coupable on le condamne.
Que ce soit à un centre éducatif ou à une place en prison, on va enfermer cette personne et lui faire subir un jugement devant les autres citoyens qui eux ne sont pas des coupables.
Mais attendez, n’est ce pas une sorte de claque, de fessée, même si elle n’a pas de réalité physique et ne touche pas à l’intégrité physique? Quoi que ce qui se passe en prison niveau intégrité physique n’est ce pas, on sait qu’on peut en parler longuement…
Donc en fait on veut interdire la fessée, mais pas pour tout le monde. Bin oui, pourquoi prôner le dialogue à l’enfant, la non punition (physique), faire en sorte que l’enfant soit protéger contre certaines mesures qu’on peut considérer comme éducatives même si extrêmes. Pour finalement les leur réappliquer plus tard dans leur vie adulte sous une forme ou une autre?

Bon tout ceci est fort caricatural mais sciemment, le but n’est pas de relancer une énième fois un débat qui je pense n’a rien à faire dans le paysage politique.
Encore une fois qu’on empêche et condamne la maltraitance, qu’elle soit physique ou psychologique, je ne suis pas contre ça c’est une certitude.
Mais qu’on le fasse lorsqu’il y a réellement maltraitance, mais qu’on laisse libre les parents de gérer leurs enfants et leur foyer comme ils le désirent tant que cela ne fait aucun mal à personne.
Demain on va revenir à la religion d’état ou au fait d’avoir des sujets de discussion imposés en société, remarquez n’est ce pas déjà le cas avec l’omniprésence des médias et de leurs débats à la con qui sont orientés pour donner du grain à moudre aux gens et pour éviter de les laisser réfléchir ou parler de sujets importants.
Et merde, voilà que je suis un pion du système et que j’ai joué leur jeu… C’est qu’ils sont bons ces gars là quand même…

 

Venez réagir sur le forum